Histoire de la gemmothérapie

Une phytothérapie connue au Moyen-Age

La gemmothérapie est une médicine par les plantes au même titre que la phytothérapie dont elle fait partie.

En gemmothérapie, nous n'utilisons pas une partie de la plante (feuille, fruits, aubier, racine) mais les bourgeons, radicelles ou jeunes pousses. Ils sont frais et non congelés de manière à apporter la puissance de leurs composants.

L'origine de la gemmothérapie nous vient du Moyen-Âge où on recherchait déjà à extraire les actifs des bourgeons. Notamment, le bourgeon de sapin était alors utilisé dans la composition de tisanes et de sirop pectoral.

Mais il faudra attendre le débuts des années 1970 pour que le Docteur Paul Henri, médecin belge, réalise une étude sur l'utilisation des cellules fraîches embryonnaires d'origine végétale et donne à cette discipline le nom de "phytoembryothérapie". Plus tard, Max Tetau la renommera gemmothérapie.

Pourquoi utiliser les bourgeons?

Le bourgeon est une excroissance de la plante qui donnera naissance aux branches, aux feuilles, aux fleurs et aux fruits. C'est au sein de cet organisme que l'on retrouve le concentré de ce qui représentera le végétal. La vie de la plante dépend de ses bourgeons. Si les conditions de vie se font plus rudes (hivers), la vie de la plante se concentrera au sein du bourgeon, tandis que dès la montée de sève (au printemps), l'éclosion du bourgeon liberera les énergies et la croissance de la plante.

Les bourgeons végétaux renferment des cellules indifférenciées (ils sont "totipotents") qui sont en phase de de multiplication intense. Ils contiennent en grande quantité des acides nucléiques, des minéraux, des oligo-éléments, des vitamines et des facteurs de croissance (hormones, telles que auxines, gibbérellines,cytokinineabcissine) et des enzymes. Chaque embryon végétal recèle donc dans ses tissus toute la richesse du totum de la plante.

Il délivre ainsi dans le macérat-mère toutes ses propriétés utiles à notre organisme. Le bourgeon d’Aubepine possède ainsi à la fois les propriétés médicinales du fruit (action le muscle cardiaque) et celles de la fleur (rythme cardiaque). le bourgeon de romarin en macérât glycériné montre une activité hépatoprotectrice très supérieure (63%) à la plante entière (6%) (Fleurentin, Pelt, Alii).

La gemmotherapie Ô saine.