Procédé de macération des bourgeons

L’utilisation de plantes biologiques parait aujourd’hui indispensable compte tenu du caractère concentré des actifs.

La cueillette des bourgeons

Le choix du moment de la cueillette est très délicat et va être un facteur déterminant. Les jeunes tissus végétaux en croissance sont prélevés à un stade précis: pour les bourgeons et les jeunes pousses, il s’agit du moment du “débourrage”, c’est-à-dire une période brève (quelques heures, jours..) qui correspond à une activité intense de croissance.

A ce stade, les composants biochimiques tels que acides aminés ou hormones végétales sont présents et signent la “vitalité” de la plante. Il conviendra par ailleurs, de prendre garde à ne pas endommager la plante par un prélèvement trop intense ou trop fréquent au risque de lui nuire.

Ôsaine a noué un partenariat avec une distillerie et un réseau de cueilleurs des Cévènnes à même de prendre en compte l’ensemble de ces facteurs pour garantir une vitalité optimale et respectueuse.

La macérâtion des bourgeons

Si la gemmothérapie met en oeuvre un processus de macération à base de glycérine, d’alcool et d’eau, la qualité des excipients choisis ont également toute leur importance. Ôsaine utilise de la glycérine végétale extraite du colza bio, de l’éthanol bio et de l’eau purifiée. L’eau permet d’extraire les principes actifs essentiels tels que dérivés hydrosolubles, tanins, sels minéraux, flavonoïdes hydrosolubles, vitamines hydrosolubles, ou certains acides. L’alcool visera l’extraction des alcaloïdes, hétérosides, glycosides tandis que la glycérine s’attachera à extraire les huiles essentielles, les flavanoïdes liposolubles, vitamines liposolubles et certains acides.

Pour réaliser un macérât-mère concentré au 1/20 ème, il convient de mélanger entre 3kg à 6kg de bourgeons (selon leur taux d’humidité) dans 20 kilos de solvants (eau+glycérine+alcool). La macérâtion lente dure 21 jours puis l’ensemble est filtré par gravité.